Mobile

19 views

2013- Le Rorota revisité : Résultats des fouilles préventives au PK 11, Route des Plages, Île de Cayenne (Guyane française)

2013- Le Rorota revisité : Résultats des fouilles préventives au PK 11, Route des Plages, Île de Cayenne (Guyane française)
of 23
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Transcript
  1    Actes du 24 e  congrès de l'AIACProceedings of the 24 th  Congress of the IACA  Actas del 24 °  Congreso de la AIAC      A    s    s    o    c     i    a    t     i    o    n      I    n    t    e    r    n    a    t     i    o    n    a     l    e     d     ’     A    r    c     h     é    o     l    o    g     i    e     d    e     l    a     C    a    r    a     ï     b    e     I    n    t    e    r    n    a    t     i    o    n    a     l     A    s    s    o    c     i    a    t     i    o    n      f    o    r     C    a    r     i     b     b    e    a    n      A    r    c     h    a    e    o     l    o    g    y     A    s    o    c     i    a    c     i     ó    n      I    n    t    e    r    n    a    c     i    o    n    a     l     d    e     A    r    q    u    e    o     l    o    g     í    a     d    e     l     C    a    r     i     b    e CD  189 Resumé Les fouilles préventives sur PK 11, Route des Plages à Montjoly (l’Ile de Cayenne) se situent sur la partie orientale du site appelé « Rorota », un des premiers sites précolombiens d’habitat fouillé en Guyane française. L’étude morphologique de la céramique, la micro-analyse de la pâte ainsi que l’analyse des amidons incrustés sur les parois des vases céramiques, ont apportés des nouvelles données sur la période néoindienne récente de l’Ile de Cayenne.  Abstract The archaeological excavations at PK 11, Route des Plages in Montjoly (Cayenne Island) are located at the eastern part of the so-called site of « Rorota », one of the first excavated pre-Columbian habitation sites of French Guiana. The ceramic study of the morphology, the micro-analysis of the paste, and the analysis of the starch grains found in the vessel walls yielded new evidence on the Late Ceramic Age of the Island of Cayenne. Resumen Las excavaciones arqueológicas en el sitio Route des Plages en Montjoly (Isla de Cayena) de PK 11, se localizan en la parte Este de la llamada “Rorota”, uno de los sitios de habitación precolombinos más tempranos de Guyana Francesa. El estudio cerámico de la morfología, el microanálisis de la pasta y el análisis de granos de almidón encontrados en las paredes de las vasijas revelan nueva evidencia para la Era Cerámica tardía de la Isla de Cayena. Keywords : Late Ceramic Age – Island of Cayenne – Ceramics – Starch Grains  Le Rorota revisité : Résultats des fouilles préventives au PK 11, Route des Plages, Île de Cayenne (Guyane française). Martijn van den BEL - Inrap Guyane, Université de Leiden  Jaime PAGÁN JIMÉNEZ - Université de Leiden  Gilles FRONTEAU - GEGENA2, Université de Reims martijn.van-den-bel@inrap.fr  jpaganpr@yahoo.com gilles.fronteau@univreims.fr  Sommaire • Contents • Contenidos  190  Actes du 24 e  congrès de l’AIAC - 2011Martijn van den Bel • Jaime Pagán Jiménez • Gilles Fronteau Introduction La fouille préventive du PK 11 dans l’Anse de Rémire sur la Route des Plages (n° 97.3109.010 : Commune de Rémire-Montjoly, Guyane française), porte sur le même site que celui appelée « Rorota » (Figure 1). Ce site était le premier site d’habitat précolombien en Guyane sondé au début des années 1970 par Hugues Petitjean Roget et Domique Roy (1976). En mai 2008, Jérôme Briand (Inrap) a diagnostiqué la parcelle AP 551 (17.161m²) à la hauteur du PK 11 et donc attesté l’extension spatiale du site du Rorota, ce qui a motivé une fouille archéologique sur une petite partie seulement de cette parcelle (Briand et al.  2008). Finalement, la prescription portait uniquement sur une bande de 15,60 par 80 mètres (1250 m² environ), située au cœur de la parcelle diagnostiquée.Le site du Rorota s’étend sur un chenier pléistocène (Série de Coswine) qui constitue l’Anse de Rémire située au pied nord-ouest du Mont Mahury. La fouille se situait en légère pente, sur la partie arrière du cordon en limite d’une zone hydromorphe entre le cordon et le pied du mont. Ce cordon sableux est entrecoupé par la crique Rorota au nord et la crique Hota au sud. La topographie srcinale a été modifiée par les activités humaines modernes comme les activités agricoles durant la période coloniale. Pour cette raison nous avons choisi de ne plus échantillonner la couche superficielle et de descendre tout de suite au niveau des structures (Figure 2).Les faits anthropiques, comme sur d’autres sites de cordon en Guyane, se traduisaient par des fosses à mobilier mais surtout par des trous de poteau en « couronne » : on estime que les fragments de pierres et poteries représentent le calage d’un trou de poteau dont le contour est pour la plupart du temps invisible dans le sable (Mestre 2003:181). Nous avons pu distinguer 56 faits constituant deux ensembles spatiaux (Figure 3). Il s’agit probablement de deux emplacements de carbet couvrant chacun environ 110 m². L’ Ensemble A a révélé peut-être un plan de carbet en bois avec deux poteaux centraux entouré d’un demi-cercle de poteaux. Figure 1. Photo aérienne du cordon sableux de l’Anse de Rémire avec les sites amérindiens (points rouges), les sites de l’époque coloniale (carrés noirs), le périmètre du diagnostic et la fouille (carré bleu) ainsi que le diagnostic au nord de la crique Rorota (Texier 2006).Les formations sédimentaires d'après J. P. Cautru (1993) : S2: Formation Récente, cordon de plage ; SaO : Formation Coswine, les Barres prélittorales, sable fin podzolisé ; Sah : Formation Coswine, Barres prélittorales, sable fin à hydromorphie ; Ash : Formation Coswine,  Argiles Coswine, argile grasse à hydromorphie temporaire, et SAO : Altérites de roches cristallines et cristallophylliennes indifférenciées.  191  Actes du 24 e  congrès de l’AIAC - 2011Martijn van den Bel • Jaime Pagán Jiménez • Gilles Fronteau Mais, en absence d’un plan de référence (au sol ou palafitte), nos interprétations demeurent hypothétiques. Cet ensemble a aussi fourni une fosse dépotoir, remplie principalement de céramique constituant plus de 80% de l’assemblage céramique de la fouille. L’ Ensemble B est moins parlant mais le total des faits anthropiques, malgré l’absence de sépultures et de puits, se traduit par un site d’habitat en limite d’une zone hydromorphe, éloignée du point culminant ou central du cordon. Finalement, on peut imaginer deux structures en bois en limite d’un (grand) village. Les datations radiocarbones Sept échantillons de charbon issus de la fouille ont été envoyés pour datation au laboratoire de Poznan (Pologne) (Table 1). La couche archéologique (US 3) a livrée très peu d’éléments charbonneux et il s’avère encore plus difficile de localiser un charbon dans les creusements anthropiques. Notre choix d’échantillons a été conditionné par la seule présence de charbon dans un fait anthropique, le but étant d’obtenir une fourchette chronologique du site et de cadrer les éléments céramiques diagnostics.Deux résultats sont manifestement trop anciens pour l’occupation céramique de ce site. Cependant, il est possible que ces charbons soient les témoins d’une présence humaine ancienne sur l’Ile de Cayenne ou ceux d’un paléo-feu (Tardy 1998). La date de l’échantillon Poz-42515 n’appartient pas non plus à l’occupation fouillée; il s’agit d’une contamination récente.Il reste quatre datations liées à l’occupation précolombienne du site qui s’étale donc entre AD 1000 et 1500 environ. La date la plus fiable est la plus ancienne des quatre dates (Poz-42487), obtenue du remplissage du trou de poteau F30. Ensuite, on remarque que la date issue de la coupe géologique (Poz-42486) (Figure 2) et celle du trou de poteau F3, coïncident aux alentours du début du XIV e  siècle (Figure 3). La date la plus récente se situe à la deuxième moitié du XV e  siècle et pourrait correspondre à la découverte des Guyanes par les Européens, i.e., Alonso de Hojeda en 1499 et Vincente Yanez Pinzon en 1500.Malgré le faible nombre de dates, il nous semble envisageable, vu les dimensions du site, que ce dernier ait été occupé depuis le début du XI e  siècle jusqu’à la période du contact, soit durant environ 500 ans. La nature de cette occupation longue, comme par exemple l’intensité spatiale de l’occupation à travers cette fourchette chronologique, demeure encore floue. Nous estimons que les résultats des dates radiométriques ne montrent pas une occupation continue mais plutôt une présence amérindienne fluctuante mais persistante au pied du Rorota.Finalement, ce lot s’inscrit pleinement à la période du Néoindien récent ou Late Ceramic Age , période datée  grosso modo  entre AD 900 et 1500, fourchette chronologique la plus courante au littoral de la Guyane (et le Suriname). Par exemple, quand on reprend les datations de tous les sites néoindiens récents entre la rivière de Cayenne et Kourou, on aperçoit que les dates de PK 11 sont contemporaines des celles de Wayabo Site 25, Sainte-Agathe, Katoury et du Mont Grand Matoury (Figure 4). On remarque dans ce tableau que la fourchette chronologique de ces derniers sites s’étend également entre 900 et 200 BP, en sachant que Mont Grand Matoury, Katoury, Wayabo Site18, et Saint-Cyr ont un faciès d’occupation plus ancien. Provenance TypeLabAge BPCal 2sProb. %F3tpPoz-42484585 ± 35AD 1298 - 137265.1F5tpPoz-42485395 ± 30AD 1439 - 152373.2coupe A 1couchePoz-42486685 ± 30AD 1267 - 131563.6F30tpPoz-42487910 ± 30AD 1034 - 118992.8F32.1tpPoz-4251413.290 ± 6014.815 - 13654 BC95.4F32.2tpPoz-42515205 ± 25AD 1736 - 180550.2F51tpPoz-425165030 ± 353946 - 3758 BC87.9 Figure 2. Relevé géologique du cordon en montrant les Unités Stratigraphiques (US 1-5a), dont US 1 et 2 représentent l’apport de sédiment moderne ; US 3 le niveau archéologique (ancien Horizon A); US 4 et 5 l’Horizon B et C. Tableau 1. Récapitulatif des datations radiocarbones de PK 11 (Reimer et al. 2004, CALIB rev 5.01, Data set: IntCal04. Radiocarbon 46:1029-1058.)  192  Actes du 24 e  congrès de l’AIAC - 2011Martijn van den Bel • Jaime Pagán Jiménez • Gilles Fronteau L’assemblage céramique 1 La synthèse typologique de l’assemblage céramique du PK 11 repose sur un corpus de 143 Eléments Constituants (EC) et les modes décoratifs associés forment la base de notre sériation. 2  Cette méthode catégorielle s’impose devant les assemblages comprenant une importante fragmentation comme la céramique guyanaise mais aussi devant l’impossibilité d’intégrer certains modes à l’intérieur de classes morphologiques ou décoratives plus synoptiques. Désormais, l’étude statistique proposée est liminaire: elle est basée sur une collecte manuelle d’artefacts issus de faits sur une petite surface d’environ 1250 m², ce qui représente moins de ≈  5% de la surface totale du site. Les conclusions statistiques proposées amènent à se rendre compte de l’ampleur du site qui reste à évaluer en fonction des découvertes liées à d’autres opérations extensives sur ce site, dans le futur. La collection représente 4467 individus pour un poids d’environ 1 - Cette étude céramique repose tout à la fois sur une classification analytique concep-tualisée par Irving Benjamin Rouse à partir des années 1930 et sur le modèle de typo-logie réalisé par Bernard Debet et Michel Py dans les années 1970. Ces modèles ont été intégrés par Matthieu Hildebrand (Inrap) à la suite de l’étude de Jérôme Briand (Inrap) du corpus céramique amérindien du Projet archéologique de Petit-Saut mais aussi par Dominique Bonnissent (Inrap) pour l’étude de la céramique précolombienne aux Petits  Antilles françaises (Rouse 1939, 1960; Debet et Py 1975; Vacher et al. 1998; Mestre et al. 2005; Hildebrand 2008; Bonnissent 2008).De plus, cette étude a été menée en parallèle avec le mobilier issu du site de Cime-tière paysager Poncel (van den Bel et al. 2013).Ce site date de la même période et la céramique présente les mêmes caractéristiques que celles de PK 11, constituant un en-semble homogène 2 - La détermination et quantification des formes de récipients reprend la terminologie et la méthode d’identification établie par Hélène Balfet, Marie-France Fauvet-Berthelot et Susana Monzon (1989). 60 kilogrammes dont la fosse F13 contenait déjà environ 28 kilogrammes (poids moyen 14,8 grammes) (cf. Figure 3). Toutes les EC dont une forme complète (EC 62), proviennent de la fouille manuelle des faits. D’autres fouilles préventives ont déjà montré une forte présence d’éléments constituants pour les faits en soulignant les valeurs informatives et importantes. Par exemple, pour le site de Katoury, la majorité (60%) des EC provient également de la série « structure » et le reste (40%) du « paléosol » (Mestre et al.  2005:50). En revanche, le mobilier résiduel joue un rôle important pour la reconnaissance des zones de dépotoirs et d’habitat, voire des zones d’activités, e.g.,  type de récipient.La disparité entre classe décorée (N=497) et classe ordinaire (N=3970) pour l’ensemble céramique est élevée : 12,5% du mobilier est décoré et trois quart des EC est décorée, soit une présence importante de cette catégorie. Ce taux élevé de la classe décorée (plus de 10%) correspond au site de Katoury : 13% de tout le matériel céramique de ce site est orné (Mestre et al.  2005:47).L’état de conservation du mobilier est médiocre et résulte du lessivage répété des sols sableux ; le mobilier déposé dans les structures est normalement en meilleur état que celui découvert dans la couche anthropisée. Dans certains cas et dans la zone basse, les décors et traits techniques liés à la finition des poteries sont difficiles à définir.La seule technique de fabrication observée est celle du montage au colombin dont les marques caractéristiques de collage des boudins, en biais ou en demi-cercle, sont visibles sur la section d’un grand nombre des fragments. Cependant, on note que les plaques à cuire démontrent une fabrication par superposition de plaques ou « crêpes » d’argile. Figure 3. Deux plans schématique des Ensembles hypothétiques A et B. Une zone basse ou hydromorphe se situe  vers le sud (en bleu vert).
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks