Travel

14 views

UN TRIHEMIOBOLE MASSALIETE HYBRIDE ET INEDIT A LA PROTOME DE PEGASE / TETE D’HERACLES

UN TRIHEMIOBOLE MASSALIETE HYBRIDE ET INEDIT A LA PROTOME DE PEGASE / TETE D’HERACLES
of 4
All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Tags
Transcript
   Etude publiée dans le Bulletin de la Société Française de Numismatique, n° 6,62 ème année, juin 2007, p. 146-149. UN TRIHEMIOBOLE MASSALIETE HYBRIDE ETINEDIT A LA PROTOME DE PEGASE / TETE D’HERACLES   Jean-Albert Chevillon C’est dans le dernier quart du VI e siècle av. J.-C que furent émises les premières monnaies archaïques attribuables avec certitude à l’atelier massaliète. Pour cette phase initiale on connait à ce jour deux ensemblesiconographiquement différents déclinés en quelques modules présentant soitune protomé de Pégase / carré creux, soit une tête de lion / carré creux ou tête d’Héraclès en intaglio dans carré creux. Toutes ces monnaies sont étalonnéessur le système phocaïque, héritage direct de l’ancienne cité -mère : Phocée.Elles furent mises en lumière par les études d’A. Furtwängler sur le trésor  d’Auriol 1 qui en contenait un certain nombre, puis par les dernières recherchesqui ont permis de rajouter de nombreux nouveaux exemplaires et quelquesdivisionnaires inédites à cet ensemble qui forme la phase A du monnayagearchaïque 2 . Dans ce cadre, il nous a été donné dernièrement d’étudier un spécimen unique qui offre la très intéressante spécificité de posséder au droitune protomé de Pégase couplée avec un revers à la tête d’Héraclès. 1 A. FURTWÄNGLER, « Monnaies grecques en Gaule, le trésor d'Auriol et le monnayage   de Massalia »  , office du Livre, Typos III, FRIBOURG, 1978.A. FURTWÄNGLER « Massalia im 5. jh. V. chr. : tradition und neueorientierung »  , dans  Etudes offertes à J. SCHAUB ,  Publication du parc archéologique européen, REINHEIM, 1993, p. 431 à 448.A. FURTWÄNGLER « Le trésor d’Auriol et les types monétaires phocéens », dans les cultes des cités phocéennes , Aix-en-Provence, 2000, (Et. Massa. 6), p. 175-181. A. FURTWÄNGLER « Monnaies grecques en Gaule : nouvelles trouvailles (6 ème    –  5 ème s. av.J.-C.) » dans  La monetazione dei Focei in Occidente, Atti dell’XI convegno del centro internazionale di studi numismatici   (Napoli 25-27 ottobre 1996), Roma, 2002. 2 P. ORSINI et J.-Y. CHODORGE, « Monnayage archaïque de Marseille : une trihémiobole inédite à la tête de lion à gauche », Cahiers Numismatiques , 37, 2000, n° 146, p. 5-10.P. ORSINI, « Monnayage archaïque de Marseille : une trihémiobole inédite au protomé de Pégase à droite », Cahiers Numismatiques , 39, 2002, n° 154, p. 3-5.J.-A. CHEVILLON, Olivier BERTAUD et Roland GUERNIER, « nouvelles données relatives au monnayage archaïquemassaliète » à paraître dans la  Revue Numismatique, 2008 (164 e volume).   Nous donnerons de ce spécimen la description suivante : au droit, protomé dePégase à gauche en vol avec une seule aile apparente. Pattes antérieures en position horizontale sous le corps. Tête fortement inclinée vers le poitrail. Pli aucou avec les restes d ’une rêne. Œil visible. Plumage et crinière profondémentstriés. Gravure artistiquement proportionnée. Fort relief  3 . Légères traces d’usure sur l’œil.  Au revers, tête d’Héraclès à droite, en intaglio dans un carré creux visibleseulement sur sa partie basse, surmontée par la léontè avec la gueule ouverte endemi- cercle, l’arcade sourcilière saillante, l’oreille bien nette et la crinièretraitée en longue mèches verticales. Le profil de la divinité s’avère flou malgré l’œil bien visible. Menton proéminent qui correspond certainement à une barbe 4  . Style moyen.Poids : 1,43 g, module : 9,7 - 10,8 mm, coll. privée, Marseille. Origine : vallée de l’Arc (Bouches -du-Rhône).4 x 1Le coin de droit de cet exemplaire est inédit, il offre une protomé de Pégasedotée de trois principales spécificités : une tête particulièrement inclinée vers le poitrail, une crinière traitée avec des stries parallèles et bien marquées quidescendent jusqu ’au dos et un positionnement horizontal des pattes antérieures.Pour le reste, le style du droit avec la délicate différenciation des diverséléments du motif  s’avère très semblable à celui des meilleures gravures d es 3 1,5 mm au niveau du flan et presque 3 mm avec le motif. 4   Comme sur les hectés de Mytilène ou la tête d’Héraclès en intaglio porte la barbe.  groupes A, Aa, Ac et Ad 5 . Ses dimensions sont identiques à celles des protomés présentes sur les trihémioboles des groupes Ac et Ad.Le style des hémidrachmes et des trihémioboles à la protomé de Pégase s’avère fort proche pour la plupart des spécimens, ce qui implique des frappes très probablement contemporaines.   Cependant, i l est évident qu’à pa rtir desnouvelles découvertes, on voit de plus en plus apparaitre une dégénérescencestylistique au sein de ces séries de la phase A. En particulier avec leshémidrachmes au lion, ce qui implique que la période de frappe fut plus longueque ce que la vision du trésor pouvait laisser prévoir. Cette situation estconfirmée par la présence des dioboles à la protomé de Pégase (Ab) et au lion(Ba) qui montre que des évolutions stylistiques sont constatables et vont dans lesens de séries à frappe décalée dans le temps.Le revers de notre monnaie, également srcinal, présente un style plus relâchéque celui présent sur le coin initial des hémidrachmes présentes dans le trésor,mais cependant moins dégénérescent que la plupart des autres coins identifiés 6  On peut donc l’attribuer au travail d’un artisan local rompu à la gravure descoins monétaires. Avec des dimensions sensiblement, voire nettementinférieures, à celles des têtes d’Héraclès des hémidrachmes, il est évident quece revers a également été taillé spécifiquement pour cette émission.Détail important, le rebord du carré creux n’est visible que sous et une partie del’arrière de la tête. Cette situation se confirme d’ailleurs sur la majorité desspécimens massaliètes dotés de ce rare revers 7 .La technique utilisée est dérivée de celle née en Grande Grèce dans les années540/530 à l’initiative de cités telles que Caulonia, Métaponte, Crotone, Poseidonia, etc… 8   et qui perdurera jusqu’aux années 510/500 9 .Elle correspond à une première évolution du carré creux srcinel dans lequel legraveur inclut un motif en relief qui se transforme en négatif sur le flan. Notre monnaie s’inscrit dans cette technique   de l’   intaglio , tout en laissant apparaitreune nette atténuation du carré creux au profit de la gravure centrale. Une 5 FURTWÄNGLER 1978, p. 91 à 97, pl. 1 et 2. 6 A la suite des 6 spécimens du trésor étudiés par A. Furtwängler, 7 nouveaux spécimens ont été recensés dont certains offrent d’importantes dégénérescences stylistiques qui confirment que l’émission de ce groupe s’est étalée dans le temps. A paraître dans : J.-A. CHEVILLON, Olivier BERTAUD et Roland GUERNIER, « nouvelles données relatives au monnayage archaïquemassaliète »  Revue numismatique 2008 (164 e volume). 7 FURTWÄNGLER 1978, p. 101 à 106. 8 N.K. RUTTER, historia numorum italy, british museum press , London 2001.G. GORINI, La monetazione incusa della magna grecia, edizioni arte e moneta , Milano 1975. 9 Une évolution ultérieure avec des formes incuses « atténuées » se poursuivra au cours du premier quart du V e siècle pour certaines séries.  dernière évolution constituée par des motifs en pur  intaglio sera développéeaussitôt après en Ionie à partir des années 520 avec les séries d’électrum de Mytilène et de Lesbos. A notre connaissance, une seule typologie identique à cespécimen est présente au sein des séries ioniennes de Mytilène avec uncouplage protomé de P égase / tête d’Héraclès 10 . Stylistiquement, la protomé dePégase massaliète est bien différenciée, mais son traitement reste fortement d’inspiratio n ionienne. Cette iconographie serait à rapprocher du culte dePoséidon 11 . A. Furtwängler signale que ce motif  à la tête d’Héraclès apparaît pour la première fois au sein d’un monnayage archaïque et que « ce héroscolonisateur tient une place importante à Massalia » 12 . Il est certain que ces deux motifs s’insèrent dans le fond iconographique lié à la phase d’expansion colonisatrice du monde ionien.La métrologie de notre spécimen : 1,43 g, bien qu’un peu supérieure, correspond à la moyenne de 1,34 g enregistrée pour les 6 trihémioboles à la protomé de Pégase de la phase A.En fin, dans l’état actuel de nos connaissances et en   tenant compte de l’excellentstyle du droit de cette monnaie et de l’évolution stylistique présente sur son revers, nous proposerons de dater ce spécimen des années 520/510. La mise en lumière d’un no uveau groupe de trihémioboles à la protomé deP égase à gauche / tête d’Héraclès à droite dans un carré creux, crée un traitd’union particulièrement significatif entre les deux grands ensemblesiconographiques de la phase A du monnayage archaïque de Massalia émis aucours du dernier quart du VI e siècle av. J.-C. Ainsi, avec les deux groupes detrihémioboles apparus ces dernières années, notre exemplaire confirme l’existence d’un troisième groupe également absent du trésor d’Auriol. Il fautdonc constater aujourd’hui que sur les 9 groupes actuellement recensés pour  l’ensemble de la phase A du monnayage, 3 ne sont pas représentés dans ledépôt ce qui correspond à 1/3 du total . Ce chiffre s’explique, à notre avi s, par  l’éloignement entre leur date d’ émission et l’enfouissement du trésor  . On peutmesurer cet écart à une ou deux générations. Nul doute que le recensement denouvelles monnaies viendra améliorer peu à peu nos connaissances encore troplimitées sur la phase initiale de ce monnayage.   10 F. BODENSTEDT,   « Die elektronmünzen von Phokaia und Mytilene »,   TÜBINGEN, 1981, émission 17, p. 209, pl. 14. 11 FURTWÄNGLER 1978, p. 295. 12 FURTWÄNGLER 1978, p. 293.
Advertisement
Related Documents
View more
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks